jean-françois boclé
Workshop - Practice


Français below

The practice of Jean-François Boclé moves outside the boundaries of artistic institutions, in this same movement that works his artistic practice: be thought by the displacment. These workshops and interventions are defined as relational actions, the dispositif is thought to open a relational space where the intervener and participants will consider the Relation as the materials of the workshop.

He realized since 2004 dozens of short workshops and interventions, with students in art, university students or with pupils, from nursery school to high school. He also moved in specific contexts for longer interventions. For a year, he got involved prison of the North suburbs of Paris with adolescents of 13-18 years old in detention (Maison d’arrêt du Val d’Oise, 2000-2001). He also intervened in 2002 with a clinical psychosociologist with people living with HIV in Burkina Faso, or with underprivileged children in the north of Paris for close to 5 year (2002-2007) in an institution oriented by Jacques Lacan (Ecole de la Cause), gathering lawers, artists and psychoanalysts, all engaged arround the practice of the social worker.






Jean-François Boclé se déplace hors des institutions artistiques, dans ce même mouvement qui travaille sa pratique artistique : être pensé par le déplacement. Ces workshop et interventions se définissent comme des actions relationnelles, le dispositif étant pensé pour ouvrir un espace pour la Relation où l'intervenant et les participants envisageront la Relation comme le matériaux même du workshop.

Il a réalisé depuis 2004 des dizaines de workshops et d'interventions, auprès d'étudiants en art, d'étudiants en université ou auprès d'élèves, de l'école maternelle au lycée. Il s'est également déplacé dans des contextes spécifiques pour des interventions de longue durée. Durant une année il intervient à la Maison d’arrêt du Val d’Oise auprès d’adolescents agés de 13 à 18 ans mis en détention (2000-2001), en 2002 avec un psychosociologue clinicien auprès de personnes vivant avec le vih au Burkina Faso, ou encore pendant près de cinq ans (2002-2007) auprès d’enfants d’un quartier défavorisé du Nord de Paris dans le cadre d’une institution fondée par des psychanalystes lacaniens (Ecole de la Cause), associant juristes, artistes et psychanalystes, tous engagés autour de la pratique du travailleur social.


haut de page top of page